Interview d’une société collaborative : Neovia

Si les sociétés collaboratives/coopératives ne sont pas nouvelles, plusieurs d’entres elles se sont fait connaître récemment et on sent un certain engouement autour de cette autre façon de travailler.

Je propose donc une série d’interviews de représentants de ces “nouvelles” sociétés qui jouent sur la transparence, la force de l’intelligence collective, les prises de décisions partagées et surtout, de vrais relations sociales. Vous verrez que chacune de ces boîtes ont des implémentations différentes du même concept.

Aujourd’hui, nous découvrons la team de Neovia, boîte plus ancienne que la moyenne puisqu’elle a plus de 10 ans. On a de la chance, ils ont refait leur site récemment parce que franchement l’ancien était vraiment pas sexy 😉 C’est une boîte complètement décentralisée puisqu’aucun de ces salariés ne travaille dans la même ville. Elle reprend le modèle collaboratif qui me plait bien avec un droit de vote égal pour chacun.

Pour cet interview c’est Sylvain Chabert et Tony Deboschere qui s’y sont collés. 

 

En quelques mots, pourriez-vous nous dire ce que fait votre boite ?

Nous sommes une société de prestation de services à mi-chemin entre la SSII et le freelance. Chacun est salarié et bénéficie des avantages associés (CDI, congés, couverture sociale). A cela s’ajoute une grande autonomie, équivalente à celle d’un freelance, puisqu’on cherche et choisit nos missions, et qu’on est payé en fonction de notre chiffre d’affaire individuel.

En quelques mots toujours,vous pouvez nous décrire votre mode de fonctionnement interne ? Qu’est ce qui vous différencie d’une société classique en terme d’organisations ?

Sur la partie mission et gestion client, on est chacun très autonome, à l’image d’un freelance. Sur la partie administrative, on a un gérant qui se charge des tâches administratives (contractualisation client, facturation, comptabilité). Un extranet permet de faciliter les interactions consultant/gérant.

L’idée, c’est vraiment que la structure ne soit pas une contrainte mais un moteur de nos activités et pour cela chaque consultant doit avoir une certaine liberté.

En terme d’organisation, à la différence d’une SSII classique, on ne dépend pas d’un commercial ou d’un manager  et de décisions qui vont parfois contre notre propre intérêt. Chaque consultant fait ses propres choix et les assume. Néovia n’infantilise pas ses membres, elle les responsabilise.

D’un point de vue statutaire, nous sommes une SARL. Après 2-3 ans d’ancienneté, chaque salarié peut devenir actionnaire. On se réunit une fois par an pour l’assemblée générale, qui est l’occasion d’échanger en toute transparence sur la vie de la société et de prendre collégialement des décisions sur son évolution. C’est aussi l’occasion de passer un excellent week end avec nos familles respectives !

Plus terre à terre, qu’est ce qui rend votre modèle attractif financièrement ? Votre site insiste sur « l’optimisation de la rémunération »

La rémunération Néovia est directement liée au chiffre d’affaire du consultant. De plus, un fond de solidarité entre les consultants permet de garantir un salaire minimum à chacun en cas d’inter-contrat. Aussi, un néoviste étant techniquement en CDI, il cotise aux mêmes charges sociales qu’un autre employé d’un SSII standard (chômage, retraite, …), ce modèle a donc un côté très sécurisant financièrement, ce qui a permis à certains de changer de région sans trop se poser de question.

L’optimisation de la rémunération est au sens fiscal, utilisant au mieux les moyens de rémunération optimum à notre disposition, tels que la déclaration de frais ou encore le Plan Epargne Entreprise (PEE).

Vous avez un gérant, en quoi consiste son rôle ?

Notre gérant a deux rôles. D’une part, celui de gérer toutes les tâches administratives (Fiche de paie, déclaration fiscale, facturation, relance des impayés …). D’autre part, celui de conseiller, car il a une grande expérience en tant qu’ancien fondateur de Start-Up et  ex DT dans une SSII Parisienne.

Vous êtes tous dans des villes différentes. Finalement, est-ce que ce n’est pas une communauté de freelances déguisés ?

On est bien plus qu’une communauté de freelances. Ce qu’on a en plus, c’est d’avoir mutualisé tous les aspects administratifs pour en partager les coûts, et surtout se décharger de ses aspects auprès d’un gérant qualifié. C’est aussi d’être solidaires les uns des autres, afin de garantir un salaire minimal à chacun en cas de coup dur.

Et pourquoi pas freelances ?

On veut éviter les galères administratives que peuvent avoir les freelances (et on en a croisé pas mal !) (NDR : c’est de moi que tu parles Sylvain ? Faut pas balancer, c’est mal :)), et ainsi nous consacrer au maximum sur notre activité de consultant, sans être perturbés par ces à côtés. L’autre raison, c’est la rémunération bien plus régulière tout au long de l’année, qu’on soit en congés, en mission, voir en inter-contrat. On n’a pas à se soucier d’un client qui paye à 60 jours, voir qui est en retard, ou encore à gérer une erreur de provisionnement pour payer les URSAFF. Au final, c’est un gain en sérénité, qui bénéfice à notre vie pro ET perso.

Comment trouvez-vous vos clients ?

Monster.fr, Freelance-info au départ. Puis une fois qu’on a un réseau de personnes de confiance (anciens collègues, anciens clients, membre de communauté), on trouve essentiellement comme ça.

Utilisez vous des outils particuliers pour gérer votre entreprise d’un nouveau genre ?

Oui, nous avons notre extranet, qui est une version très améliorée de la feuille excel des débuts. Chaque consultant y saisit son activité (mission, congés, maladie, inter-contrat, etc…), afin que le gérant puisse ensuite s’occuper de la paye.

Pour les quelques lecteurs de ce blog, recrutez-vous ?

Tout à fait, toute personne responable, autonome et avec un bon état d’esprit. Pas besoin d’être un cador ! Les CVs sont les bienvenus sur recrutement@neovia.fr

 

 

 

2 réflexions sur “Interview d’une société collaborative : Neovia

  1. Pingback: Interview d’une société col...

  2. Pingback: Interview d’une société col...

Laisser un commentaire